Histoire du jiu-jitsu

Hélio Gracie, le père du "Gracie Jiu-Jitsu", avant son fameux combat avec Kimura en 1951.
Hélio Gracie, le père du "Gracie Jiu-Jitsu", avant son fameux combat avec Kimura en 1951.

Le jiu-jitsu est un art martial. C'est un mot japonais qui signifie technique (jitsu) de la souplesse (jiu). Il est devenu un sport, avec la pratique de la compétition, mais il reste avant tout une pratique qui apporte une meilleure connaissance de soi, de ses limites. Il est un excellent moyen de progresser, aussi bien mentalement que physiquement.

 

Son histoire peut être divisée en plusieurs périodes:

 

- une période préhistorique, ou l'homme a dû apprendre à se battre à mains nues pour survivre; donc le jiu-jitsu est aussi intimement lié à une notion d'instinct de survie, un mode enfoui au plus profond de nous même, qui sommeil... mais qui peut déclencher des ressources phénoménales.

- La période indienne et chinoise: la migration de moines guerriers en Chine, les "Kshatryas", dont le célèbre Boddidharma, à stimuler la pratique des arts martiaux associée à un aspect spirituel voir religieux (bouddhisme chan ou zen)

- La période japonnaise: des centaines d'écoles (ryu) seront crées au Japon. Le jiu-jitsu devenait l'art que devait maitriser un samouraï, en plus de l'art du sabre, du tir à l'arc etc. Le judo et l'Aïkido sont une synthèse issue respectivement de différentes écoles de jiu-jitsu.

- La période brésilienne: la migration de maitres japonais "transferra" ce savoir millénaire et jalousement gardé au nord du Brésil.

- L'expansion du jiu-jitsu en tant qu'art martial universel (avec l'apparition du "Mixed martial Art")

En bref...

 

Le jiu-jitsu est du self-défense: c'est l'art d'utiliser la force de votre adversaire et de le contraindre à abandonner par une technique de soumission (clé, luxation, écrasement, étouffement, étranglement...). C'est un des systèmes de défense les plus anciens, les plus techniques, une base commune à de nombreux arts martiaux. La différence du jiu-jitsu brésilien avec le jiu-jitsu traditionnel vient du fait qu'il se pratique surtout au sol. Au Brésil on l'appelle simplement jiu-jitsu ou "Arte Suave" (littéralement "art suave" ou plutôt art subtil, souple). Pour Royler Gracie, Quadruple champion du Monde, le jiu-jitsu est la Mère des arts martiaux.

Des origines très anciennes:

 

L'histoire du Jiu-Jitsu n'est pas linéaire. Elle s'est faite à travers l'influence de différentes cultures, au gré des voyages et des échanges commerciaux. Les traces les plus anciennes remonteraient à l'Inde antique, il y a 5000 ans! Des moines guerriers l'ont ensuite introduit en Chine, notament "Boddidharma" il y a 1500 ans, un moine guerrier d'Inde, de la caste des kshatryas. Il voyagea à travers la Chine et s'arréta au monastère Shaolin. Il y enseigna des techniques de combat à et s'abîma dans une méditation qui dura10 ans. Cela donna naissance aux fameux Kung Fu de Shaolin. L'efficacité en combat atteignit un sommum inégalé quand on y associait la pratique de la méditation (zen au Japon ou chan en Chine). L'esprit et le corps ne faisant qu'un dans l'attaque ou la défense. C'est en quelque sorte la fusion du corps et de l'esprit, l'âme des arts martiaux. Dans la pratique du jiu-jitsu de nos jours, même la pratique de la compétition demande un contrôle émotionnel extraordinaire, une connaissance de soi et une capacité de concentration qui, par moment fugaces rejoignent cet état psychique ou corps et esprit ne font qu'un.  Quand on est totalement dans l'action, "asorbé" par le combat, le temps semble s'arréter, une seconde peut paraitre très longue, on est dans un état de lucidité extrême où nos sens aiguisés comme un rasoir nous font réaliser ce qui nous semble impossible. On parle de lâcher prise, de satori, ... contrairement à ce que l'on croit la pratique d'un sport de combat rejoind complètement dans l'esprit celle d'un art martial.  

A la base le jiu-jitsu japonais vient du mélange de cette influence chinoise et d'une pratique du combat endémique (le sumo) qui remonte au 11ème siècle avec les techniques du kumitachi et du yawara (donc les ancêtres du sumo).

François Deniau avec Hélio Gracie
François Deniau avec Hélio Gracie

Au Brésil...

 

Il existe de nombreuses sources sur internet, il suffit de taper sur Google "histoire du jiu-jitsu", ou "Gracie jiu-jitsu". Il existe 2 filiations car Mitsuyo Maeda a enseigné à deux brésiliens: Carlos Gracie et Osvaldo Fadda. Ce dernier a permis l'essor du jiu-jitsu surtout au nord du Brésil. Hélio Gracie a créé le "Gracie jiu-jitsu" qui est une adaptation des techniques à sa faible constitution physique. Il est aussi le créateur de la "Gracie Diet", basée sur la combinaison des aliments. Cela a permi d'amener le jiu-jitsu à un niveau encore plus technique. Hélio Gracie est devenu une légende très tôt, car il combattait devant des milliers de spectateurs dans le stade Maracana à Rio de Janeiro et faisait la une des journaux. A l'âge de 22 ans il fut déclaré héro national du Brésil.

Il eut de nombreux enfants, ainsi que Carlos. Cela accéléra d'autant plus le développement du jiu-jitsu au Brésil, puis aux USA et dans le reste du monde. La compétition commença à se développer avec la création de la "Confédération Brésilienne de Jiu-Jitsu" (CBJJ) puis de la "Fédération Internationale de Jiu-Jitsu" (IBJJF). Cependant Hélio voyait le règlement de la compétition d'un oeil critique car les positions ne pouvaient pas toujours s'appliquer en combat réel. Le sport en revanche s'est développé de manière exponentielle et a tout de même contribué à enrichir le Jiu-Jitsu. Rio est devenue la capitale du jiu-jitsu où se déroulaient les premiers championnats mondiaux, qui ont lieu maintenant à Long Beach (California State University). Le jiu-jitsu est un phénomène qui s'est très vite développé dans le monde.  De nos jour chaque club ou "académie" rend honneur au grand Maître Hélio et à toute la famille Gracie, sans toutefois oublier aussi que le jiu-jitsu s'est aussi beaucoup développé dands le nord du Brésil.